sábado, agosto 11, 2007



Hot dogs et hamburgers au menu du déjeuner Bush-Sarkozy

11.08.07 | 16h59

Conservez cet article dans votre classeur.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article
Par Tabassum Zakaria

KENNEBUNKPORT, Maine (Reuters) - Le président américain George W. Bush reçoit à déjeuner Nicolas Sarkozy samedi dans sa propriété familiale de Kennebunkport, sur la côte atlantique du Maine, pour faire plus ample connaissance avec le nouveau président français et voisin de vacances.


La rencontre est prévue à partir de 11h00 heures locales (15h00 GMT) et sera suivie d'un déjeuner vers 12h30 locales (16h30 GMT).

Le chef de l'Etat français est en villégiature à une centaine de km de là, au bord d'un lac du New Hampshire, et cette "proximité géographique" a favorisé l'organisation de ce "déjeuner simple et détendu", a précisé Dana Perino, porte-parole de Bush.

Elle n'a toutefois pas exclu que les deux présidents, qui seront accompagnés de leurs épouses, en profitent pour aborder des questions sérieuses: "Comme chaque fois que des dirigeants mondiaux se rencontrent, il est possible qu'ils parlent boulot."

"Il s'agit d'un déjeuner informel, amical et familial mais il est vraisemblable que des sujets d'actualité seront abordés, sans ordre du jour", a précisé à Paris Pierre-Jérôme Hénin, porte-parole adjoint de l'Elysée.

Les Bush serviront à leurs hôtes français "un menu de pique-nique traditionnel américain" comprenant hot dogs et hamburgers, a précisé la Maison blanche, qui a souligné que ce sera l'occasion pour le couple Sarkozy de faire connaissance avec la totalité du clan Bush, dont les parents du président, ses jumelles Jenna et Barbara et son frère Jeb, gouverneur de Floride.

Seul un autre hôte de marque étranger avait été auparavant invité par George Bush Jr dans sa résidence de famille: il s'agit du président russe Vladimir Poutine, à l'occasion d'un voyage en Amérique latine le mois dernier.

Le chef de la Maison blanche avait voulu alors désamorcer les tensions croissantes entre Washington et Moscou au sujet du projet de déploiement en Europe centrale du bouclier anti-missiles américain.

L'invitation faite aux époux Sarkozy remonte au mois de juin, lors du sommet du G8 en Allemagne.

SUJETS DE CONSENSUS

Les Etats-Unis, qui entretenaient des relations sans chaleur avec l'Elysée du temps de Jacques Chirac, en raison notamment de désaccords sur l'Irak, souhaitent améliorer leurs relations avec la France à la faveur du quinquennat de Sarkozy.

"A l'évidence, nous travaillons très étroitement avec la France actuellement sur un certain nombre de questions", a déclaré Perino, citant notamment les efforts diplomatiques conjoints de Paris et Washington à l'Onu sur le Liban, le Darfour et l'Iran.

L'Elysée souligne également qu'il y a "de nombreux sujets de consensus entre les Etats-Unis et la France, notamment sur le terrorisme".

Le quotidien Le Monde souligne samedi que la "séquence américaine" de Nicolas Sarkozy ne fait que commencer, ce qu'a confirmé confirme Pierre-Jérôme Hénin, porte-parole adjoint de la présidence française.

Du 23 au 26 septembre, le président français se rendra en effet à New-York pour l'Assemblée générale des Nations unies et, "quelques semaines plus tard, il effectuera une visite à bilatérale à Washington", a précisé Hénin.

"Pour réussir sa 'séquence américaine', le président Sarkozy devra d'abord effacer l'image du candidat Sarkozy, qui avait semblé faire allégeance à George Bush lors d'une visite-éclair à la Maison Blanche en septembre 2006", écrit Le Monde.

Mais le président français "affiche aujourd'hui sa fraîche légitimité et "l'avantage que lui procure sa nouvelle 'influence' en Europe, avec le compromis des Vingt-Sept sur un traité simplifié pour relancer l'Union européenne", ajoute-t-il.

A cela s'ajoute le rôle de Nicolas Sarkozy dans la libération, le 24 juillet, des infirmières et du médecin bulgares retenus en Libye.

"Bienvenu, M. le président Sarkozy!" titre samedi le

quotidien Portland Press Herald newspaper, qui suggère au chef de l'Etat français de venir passer ses vacances l'an prochain dans le Maine, "terre de vacances", plutôt que dans le New Hampshire.

Le choix par Sarkozy des Etats-Unis pour passer ses premières vacances d'été a suscité en France des critiques de la part de certains cercles d'opposition.

1 comentario:

location moraira dijo...

J'aime cette part impressionnante. Je cherche pour les voyages et les vacances. J'ai vraiment l'impression délicieuse après avoir lu cette part.