viernes, diciembre 19, 2008

Le comité Nobel soupçonné de collusion avec l'industrie pharmaceutique

Le comité Nobel soupçonné de collusion avec l'industrie pharmaceutique
LE MONDE | 19.12.08 | 10h05  •  Mis à jour le 19.12.08 | 11h24

uelques jours après avoir, en grande pompe, remis ses prix aux lauréats de l'année 2008, la prestigieuse institution suédoise Nobel voit son image brutalement ternie. La justice suédoise a confirmé, jeudi 18 décembre, des informations de la Sverigen Radio (SR) selon laquelle elle enquêtait sur deux affaires dans lesquelles il existe de fortes suspicions de conflits d'intérêts.

Une enquête préliminaire a ainsi été ouverte par le procureur Nils-Erik Schultz de l'Unité de lutte contre la corruption. Elle concerne deux voyages effectués en Chine par des représentants du comité Nobel dont les identités n'ont pas toutes été révélées. Le premier voyage date de mars 2006. Le second, en janvier, a duré une semaine et concernait Sven Lidin, du comité Nobel de chimie, et Brje Johansson, du comité Nobel de physique. Au total cinq personnes sont concernées.

Le coût de ces déplacements ainsi que tous les frais avaient été pris en charge par les autorités chinoises. L'objectif officiel était, selon la SR, d'informer les responsables chinois sur la manière dont sont sélectionnés les candidats et dont sont attribués les prix. Selon Bertil Fredholm, président du comité Nobel de médecine, qui a participé à l'un de ses voyages, il s'agit certes d'un cas "limite". Il a toutefois ajouté que son principe et ses modalités avaient été discutés auparavant au sein de l'institution.

BÉNÉFICES CROISSANTS

Nils-Erik Schultz a, quant à lui, fait savoir qu'il allait procéder à l'examen du coût de ces déplacements tout comme à l'identité des participants et à leurs fonctions. L'enquête cherchera aussi à déterminer les raisons pour lesquelles les autorités chinoises ont souhaité inviter des responsables de l'institution suédoise en Chine. La question centrale à laquelle la justice suédoise devra répondre est celle de savoir si ce type de pratique visait à favoriser, directement ou non, l'attribution du prix à des candidats chinois.

La deuxième affaire est, potentiellement, d'une tout autre ampleur. Le procureur suédois a décidé d'enquêter sur la nature des différents liens existants entre le groupe pharmaceutique anglo-suédois Astra Zeneca et deux entreprises étroitement liées à la Fondation Nobel. Il cherche notamment à déterminer si ces liens ont pu peser sur la décision d'accorder l'un des prix Nobel de médecine 2008 à l'Allemand Harald zur Hausen pour ses travaux sur les origines virales du cancer du col de l'utérus. Selon les informations de la SR, il apparaît que Bertil Fredholm, président du comité Nobel de l'Institut Karolinska, qui décerne le prix de médecine, a travaillé à deux reprises, en 2006, en tant que consultant pour Astra Zeneca. Bo Angelin, un autre membre du même comité, siège au conseil d'administration d'Astra Zeneca depuis mai 2007.

D'autre part, le laboratoire pharmaceutique Astra Zeneca sponsorise deux des entreprises de la Fondation Nobel : Nobel Media AB et Nobel Web AB. L'affaire n'a d'ailleurs rien de secret puisque le contrat de sponsoring a été publiquement annoncé, le 6 novembre, lorsque le laboratoire a lancé la "Astra Zeneca Nobel Medecine Initiative", une opération destinée à attirer l'attention du grand public pour le prix Nobel de médecine ou de physiologie. Le contrat porte notamment sur la réalisation de conférences, de matériel interactif et de documentaires télévisés de vulgarisation.

La situation est aujourd'hui d'autant plus problématique qu'Astra Zeneca, via sa filiale américaine MedImmune, tire des bénéfices croissants, sous forme de royalties, de la vente de Gardasil (Sanofi Pasteur MSD) et Cervarix (GlaxoSmithKline), deux vaccins visant à protéger contre le cancer du col de l'utérus qui sont depuis peu commercialisés à l'échelon planétaire; deux vaccins qui sont directement issus des recherches qui ont valu à Harald zur Hausen de recevoir le prix Nobel de médecine 2008.


Jean-Yves Nau et Olivier Truc (à Stockholm)

No hay comentarios.: